PARCS NATURELS

Parcs Naturels

parques-naturales

La nature dans le Goierri est généreuse quand nous nous éloignons un peu des centres urbains installés dans la partie basse de la vallée et nous montons en direction de n’importe laquelle des chaînes de montagne qui l’entourent: Aralar, Aizkorri, Aratz, Murumendi... L’existence des deux Parcs naturels, Aralar et Aizkorri-Aratz, offre la possibilité de profiter du tourisme vert, naturel et de la montagne. 

lareo

Les montagnards débutants devront consacrer beaucoup de temps s’ils veulent découvrir en profondeur la variété de possibilités offertes par le Goierri. Pour ceux qui cherchent des itinéraires plus classiques, combinant un degré réduit de difficulté avec une beauté et une variété de paysages, nous mettons à leur disposition plusieurs routes de randonnée.

Zaldibia et Ataun sont les deux portes d’accès au Parc naturel d’Aralar. D’Ataun-Lizarrusti (où se trouve le Centre d’interprétation du Parc naturel), on accède facilement au lac de barrage de Lareo, qui se trouve en pleine montagne et dans un environnement d’une grande beauté pour ce qui est du paysage. De Zaldibia, la route menant à Osinberde est très intéressante, au lieu où nait la rivière Amundarain, entre les rochers; à côté des dépôts de l’entreprise basque CAF, à environ 2 kilomètres du centre de Zaldibia, on peut commencer une excursion en empruntant une chaussée centenaire (sinon millénaire) par laquelle il est possible d’accéder aux prairies et a quelques sommets de l’Aralar; au même endroit, nous trouvons la zone de pêche d’Arkaka.

À Aizkorri, la route qui conduit au fameux tunnel de San Adrian et son ancienne voie (Chemin royal et Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle est très connue. On peut y accéder facilement depuis le col d’ Otzaurte (Zegama). À Zegama, nous nous trouvons à l’une des entrées au Parc naturel d’Aizkorri-Aratz et au Centre d’Interprétation du Parc naturel..

Pour passer une journée tranquille dans un cadre incomparable, avec le Txindoki, Aralar et Aizkorri comme toile de fond, la zone de Lazkaomendi et le Parc d’Ordizia, offrent tous les ingrédients nécessaires: tables, rôtissoires, restaurants, zones de jeux pour les plus petits et même la possibilité d’effectuer des promenades à cheval. 

Aizkorri-Aratz

aizkorri

Dans le Parc naturel, se trouve le massif le plus élevé du Pays basque espagnol (Euskadi). Cette tour de guet naturelle de plus de 1500 mètres marque la division des eaux du Cantabrique et de la Méditerranée.

Nombreux sont les aspects naturels à signaler en Aizkorri-Aratz; la géologie, tout d’abord: la nature carbonatée de ses matériaux a donné lieu à des morphologies très diverses: cordillères de reliefs ondulants et sommets entourés, zones abruptes avec des ravins profonds, crêtes, dépressions.. Ainsi, entre autres formations, nous trouvons la dépression d’Urbia, entourée de forts reliefs, et une extension de 4 kilomètres de long et 1 kilomètre de large, et la très célèbre grotte de San Adrian (lieu de passage de rois et de pèlerins), formée par des anciens débits souterrains et qui consiste en un grand tunnel de 50 mètres de long avec une ouverture des deux côtés. 

aizkorri-txabola

Dans cet environnement varié, il existe une faune riche dans laquelle les Espèces typique de la montagne occupent une place privilégiée: l’aigle botté, le vautour percnoptère, l’autour des palombes, le vautour et d’autres oiseaux plus petits comme les corneilles et le venturon montagnard parcourent cet espace; parmi les mammifères, citons le campagnol des neiges, la marte, le loir et le sanglier.

L’itinéraire recommandé pour la visite du Parce st la montée à l’Aizkorri: cette route de montagne est assez difficile à cause de son dénivellement et de sa longueur, néanmoins, les points d’intérêt qu’elle propose (grotte et chaussée médiévale de San Adrian, prairies d’Urbia, menhir de Zorrotzarri...) valent la peine d’être connus. La grotte de San Adrian et sa chaussée constituent un des lieux de passage du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Aralar

txindoki

Enclavée à l’intérieur du Goierri, la Sierra d’Aralar a une influence magique non seulement pour les gens du lieu, mais aussi pour ceux qui y sont arrivés récemment. Son fascinant relief, avec de grandes élévations calcaires, ses rivières et ses sources, sa végétation et sa faune riches, ses traditions chargées de mythes et de légendes, ne peuvent que captiver l’observateur.

Le sommet emblématique de la Sierra d’Aralar est celui de Larrunari, également appelé Txindoki ou Ñañarri, qui se distingue par son élégante silhouette, visible depuis de nombreuses zones et considéré comme la montagne la plus aimée et la plus belle du Guipuscoa. 

aralar-hayedo

L’activité humaine dans la zone est très ancienne, comme le témoigne le nombre de monuments mégalithiques, avec la plus grande concentration de dolmens du Pays basque. Cette zone a également été toujours éminemment pastorale, avec une importante cabane d’élevage, surtout de brebis "latxa".

La nature calcaire des matériaux, et la présence de l’eau, ont donné lieu à une grande quantité de processus karstiques avec de nombreux gouffres, de multiples sources, puisards et courants d’eau souterrains; les rivières Amundarain et Agauntza montrent un spectacle plein de vie et avec leurs précipices et leurs mares, une qualité d’eau excellente et une végétation de rive bien conservée. D’un grand intérêt géomorphologique, le dôme d’Ataun (structure topographique à l’aspect de coupole), sur lequel l’érosion a créé un bassin qui laisse à découvert les falaises qui regardent à l’intérieur.


La vie animale est présente en haute montagne, avec des espèces remarquables comme le vautour percnoptère, l’aigle botté, le vautour, les chocards à bec jaune et les craves à bec rouge, le venturon montagnard, le pic noir, l’hirondelle de rochers mais aussi le campagnol des neiges, la marte, le lynx, le renard, le sanglier...